…….. 

Le supositouére à Gargentua   ……  Cadet Rabistoque

………

Coument é tout qu’o faut dire por conter ine histouére qu’é pas encore arrivée , ine léghende dau futur ? Mon  darnier meite d’école doét  savoère thieu!  In meite qu’a teurjhou été in houme aimabye, ol é bin l’seul qu’a pas tirrâgné sus mes um’roles…. Vu qu’les ôtes avant l’y, les aviant déjha désseupées ! Voéyions , o s’fait de coumincer por : Ol étit ine foé , oub’ o y a por cheu nous ! Por moun’ affère o faurait qu’o seyisse : Ol aura in jhor !
Thielle histoére s’ra don en troés temps d’varbe :

-

Peurmier temps dau varbe , le passé , autfoués dont :
Ol étit ine foé , in houme qui sortait des piarres  de son jherdrin hardi teint bon, pasque dans les temps ol avait t’oyut dans l’endret de thieu jherdrin , des téts à gorets
( sauf vout’ raspect ), ou beun in bout d’murette ou bin d’ôtes afféres en piérrailles.
Thieu l’houme , noute Kiaud’ avait dont appiloté  thiés chails et de mim-ne , il a t’oyut in biâ chiron sus l’urée dau ch’min dau Seure à Migron. In chiron deus foés jhau et quate foés grous coume l’y qu’a  peurtant point in jhabot d’musset . In biâ chiron , t’en répond , appointuché vers les nuaghes et appoué beun à  l’apion .
Kiaud’ , jhuché sus ine échalle , avit feit in couéfi à thieu chiron aveuc ine bouillée d’ jhoubarde.  Bin sur,  thielle éstatue a reun à voére aveuc le fanâ d’Ebion , mé ol était in jholi chiron bin maçouné, coume ine éfusé maricaine.

-

Deuzième temps dau varbe, le présent , aneu dont :
Ol a , aneu , de conte ine route dau pays bas chérentais, in grous chiron que Kiaud’ a si beun appiloté que les ghens qui passant disant : Ar’garde dont thieu, ol é  l’ Chiron de kiaud’ , et si kiaud’ é dans son jherdrin , y s’épivarde les poéls de la moustache por que l’ monde fazant ine jholie portraiture de  thiés les deux monuments !
Ol a , thieuque par à veuziquer enteur Royan et Ville-fagnan , in grand ghormand de ghéant que dépeu qu’son peupa Rabelais l’a mis au monde , manghe sans jhameis eite veurti , des piatées de monghettes et des marmittes de cagouilles en bouévant t’au gallet des carteaux de vin d’pays Chérentais. Manghe en suppant les cots dau mitant et les p’tites gouttes por qu’o coule , les p’tites gouttes por finir et  thiéllés là por feire le ch’min!
Peurtout vour qu’ol a t’in reupas thieu Gargantua  é d’assian à la boune piace. Qu’o seiye ine fête des battaghes, in banquet des chassours , in landi des ghens dau troézième âghe, si peu qu’ol a  t’a piguocher thieu gas s’y trouve. Fret  oub’ chaud , à la forchette oub’aveuc les dets, à la louche ou bin à la thiuyère , avec les ous et pis les bordes , tout de c’qui z’y rente dans la goule chet d’in randon dans soun’ estoumat ! Si pour c’qu’ol é dau présent y l’é teurjhou de boune mache , il a , z’enfants , la pire roûghe qui feurmante! Ol é bin râle que d’ici pas bin long ……. Mé thieu ol é l’futur , le futur olé d’main et  aneu é rinque  la veille de d’main !!

-

Troézième temps dau varbe , le futur, pus tard dont :
Vour que thieu Gargantua, thieu ghéant colosse chopp’ra le maux d’entraille ( peura tout eite auteurment ?) à fine force de mangher,  quan que fouire é gueunasse le piégheront en deus é qu’les apotiquaires , por gârrir soun’ état y arrant’ ordounné des drogues min-me pas remboursées (jhe sont dans l’futur voui oub’ non ?)  finiront por l’envoyer teurcher là vour qu’ol a des chails, por n’en prenre son contant, s’en raquier les boéyaux et s’éssangher les tripailles . O s’ra de thielle façon que Gargentua  songheant’au chiron d’Kiaud’ s’en seurvira de supositoère et qu’en sarrant les fesses, au grandécime galop ,  s’en érra à Poiétiers peur lacher son lav’ment , coume in obus à frag’mentation!! O s’ra dont grand’ment bin fait por thiés les paroiéssiens et leu fée Mélusine, qu’é feite coume in’ hareng des sotilles à l’embourail, et qui garoche peurtout en Saintonghe et oute part m’en doute, des pierrailles coume dau fian d’voiésin .
Et beurdadâ……… moun histoére s’abrase là !

-
(PS à l’éditeur si o s’en trouve jhameis in )

-

O s’rit in effet d’voute bonté  si o s’rait  possibye de feire sarrer les fesses à Gargentua  jhusqu’à s’qui s’ rende à l’univarsité , y sait bin  la vour qu’o faut foute la tomb’rée à thiu !